Les Plumes du Paon, l'envol de la création

October 31, 2015

 

Il y a les oiseaux des îles et les oiseaux des villes. Emma Gruer fait partie de la seconde catégorie et n'en est pas moins colorée! Son ramage, digne des plus beaux aras, se confond dans sa boutique-galerie, Les Plumes du Paon.

 

Longtemps, trop longtemps, les amoureux d'Avignon sont passés devant ce bas d'immeuble, bel hôtel particulier au charme suranné qui se désespérait, vide. Une façade en bois avec une large vitrine, un sol de carreaux de ciment qui retient les histoires du siècle passé... Un écrin à faire revivre pour une rue, ou plutôt une jonction de rue (la fin de la Bonneterie, le début des Teinturiers) pas vraiment facile.

 

Mais Emma est une fille de défis. C'est d'abord de manière éphémère qu'elle a occupé ce lieu avec sa boutique de créateurs. Le succès est au rendez-vous pour ces deux sessions et les Plumes du Paon prennent leur envol.

Une boutique atypique à l'ère des franchises uniformisées et du made in China (déclinez avec Bangladesh, India etc). Emma veut mettre en avant les créateurs français, sans pour autant se faire le porte-drapeau bleu blanc rouge. Ce qu'elle aime, c'est la matière, le savoir-faire, le professionnalisme de ces petites mains qui cousent, assemblent, piquent, brodent sans compter leurs heures, juste pour faire du beau.

 

Dans sa boutique, renouvelées tous les 15 jours, les créations de 30 à 40 artistes ou artisans, de toute la France (une bonne quinzaine viennent de PACA) c'est selon. Des sacs créés dans les chutes de cuir de chez Hermès, des vêtements bien "finis" comme disent nos grands-mères et souvent des pièces uniques. Des boucles d'oreilles en tissu, des attrapes-rêves, de drôles de "peluches" à moustaches et un chat déguisé en super-héros (l'auteur de ces lignes ne prend aucune substance illicite).

 

Un joyeux capharnaüm où Emma orchestre, telle une Alice au pays des Merveilles, sa conception de la consommation. Ici, évidemment, la création a un coût. On y trouve des petites choses à 5 € et d'autres allant jusqu'à 400 €. "Je voudrais éduquer le consommateur" m'a dit Emma, "lui apprendre qu'il est préférable d'avoir un bel objet à 60 € que trois moches et fabriqués très loin à 20 €". Dans sa démarche citoyenne, Emma reverse 60% directement aux artistes créateurs en limitant au maximum les intermédiaires. Elle assure aussi le service après-vente, "au moindre problème avec un produit, une casse, un défaut, on vient me voir et je m'engage à faire réparer". Réparer? Quel joli de mot écolo...

 

 

 

 

 

Alors, je vous invite à aller faire un tour chez Emma pour flâner, découvrir des talents (puisque sa boutique fait aussi galerie d'art), pousser la porte d'un endroit un peu féérique.

 

Et rencontrer un drôle d'oiseau.

 

 

 

Les Plumes du Paon, 91 rue Bonneterie | Avignon du mardi au samedi de 12 h à 19 h. Sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Au fil des pages

Mes bonnes tables pour un festival des papilles

July 8, 2017

1/10
Please reload

Derniers Posts
Archives
Please reload